LES BOURGEOIS DE CALAIS (SCULPTURE DE ( AUGUSTE RODIN ) )HISTOIRE

Rodin, The Burghers of Calais

Hide tutorial navigation

LES BOURGEOIS DE CALAIS  (SCULPTURE DE  ( AUGUSTE RODIN )  )HISTOIRE 3616b303b045247051d4794fb25acd51735c2d40

 

mqdefault

1Mick Micheyl — Les Six Bourgeois De Calais

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible. En continuant d’utiliser Wikia, vous acceptez que nous utilisions des cookies. En savoir plus sur les cookies

WikiParoles

Mick Micheyl/Les bourgeois de Calais

 

La chanson « Les bourgeois de Calais » a été interprétée par Mick Micheyl
Paroles de la chanson :

Ils étaient six bons bourgeois qui venaient
Apporter aux pieds d’un roi une clé
À Calais, à Calais,
À Calais qui était assiégée

Ils étaient six bons bourgeois qui venaient
La corde au cou, les pieds nus, enchaînés
À Calais, à Calais
Silencieux, six otages avançaient

Il y avait un marchand
Un armateur
Un commerçant
Un notaire
Un prélat
L’autre ? J’ sais pas

Si tu me demandais de sacrifier ma vie
Pour te sauver la vie
J’accepterais avec joie
Mais les six bons bourgeois abandonnaient leur vie
Leurs amours, leur famille
Pourquoi ?

Ils étaient six bons bourgeois qui s’offraient
Pour sauver les habitants affamés
À Calais, à Calais,
À Calais qui était assiégée

Mais la dame du vainqueur était là
Aux pieds du roi, son époux, elle pleura
Le priant d’épargner les bourgeois
Les bourgeois de Calais

Et la foule attendait
Le vainqueur se taisait
La dame suppliait
Les six bourgeois priaient
Et tous les cœurs battaient
Il pleuvait !

Si le ciel nous disait : La paix sera profonde
Jusqu’à la fin du monde
Dans l’univers entier
Mais, pour cela, il faut trouver des volontaires
Qui sauveraient la Terre
En sacrifiant la France

Ce ne sont pas six gars
Mais cent mille à la ronde
Des quatre coins du monde
Qui diraient : Me voilà !

..

Les Six-Bourgeois de Calais ou

.

la« manipulation de l’Histoire »

.

L’histoire des Six-Bourgeois de Calais ne serait-elle pas qu’un mythe ? A la suite de ses propres travaux, et en s’appuyant sur l’ouvrage d’un éminent confrère, le médiéviste calaisien Stéphane Curveillera de longue date acquisla conviction que le sacrifice des Bourgeois de Calais relève d’une « manipulation de l’Histoire ».

L’histoire, hélas, n’est pas une science exacte. Elle ne résiste pas aux modes, à la déformation intéressée des faits, aux récits complaisants.

Avec minutie, avec rigueur, les historiens doivent pourtant s’employer à reconstituer les faits, avec l’unique préoccupation d’approcher au plus près la vérité historique. Telle n’a sans doute pas été la démarche de l’illustre Froissart, historien du XIVe siècle, dont les récits et les chroniques relatives au siège de Calais ont accompagné la scolarité de milliers d’élèves.

Si la version de Froissart a traversé les siècles, le médiéviste calaisien Stéphane Curveiller ne craint pas pour autant de mettre la parole de l’illustre chroniqueur en doute. Ainsi n’hésite-t-il jamais à heurter son auditoire lorsque, au gré de conférences ou d’interventions, l’occasion lui est donnée de revenir sur l’histoire des Six-Bourgeois, pour expliquer que leur « dévouement » ou leur « sacrifice » sont loin d’être attestés par les faits. Et s’ils ont réellement existé, ont-ils bien été les protagonistes de l’épisode immortalisé par Rodin ? Rien n’est moins sûr.

« Un historien n’est pas là pour plaire », tranche Stéphane Curveiller. « Les gens aiment les certitudes et ils n’aiment pas être perturbés. » Le public l’est souvent, pourtant, lorsque Stéphane Curveiller souligne que, s’agissant des Six-Bourgeois, « les incertitudes sont déconcertantes, dès que l’on tente d’aborder l’événementiel ou même les origines du mythe ».

D’abord, observe Stéphane Curveiller, les chroniques de Froissart « ont oeuvré largement à la diffusion de la « légende ». Mais nombre d’entre elles sont bien postérieures au siège de Calais ; elles sont même revues et corrigées comme nous le prouve à maints égards l’oeuvre du chroniqueur ».

Mais pourquoi diable Jean Froissart aurait-il délibérément modifié les faits ? « L’oeuvre de Jean Froissart est révélatrice de la carrière de l’écrivain et des différents mécénats dont il a pu bénéficier » explique Stéphane Curveiller. En ce sens, les versions de Froissart et leurs orientations auraient été dictées par la volonté de « plaire avant tout à son mécène », l’Angleterre ou la France, selon les périodes. « L’attitude opportuniste adoptée par le chroniqueur tantôt en faveur d’un camp, tantôt en faveur de l’autre, à l’image du mercenaire pour les armées, l’oriente naturellement vers le plus offrant et se traduit dans ses écrits parfois de façon contradictoire ».

L’histoire des Bourgeois serait ainsi romancée ? « Nous n’avons en effet aucune certitude historique. Rappelons que la première écriture relatant le siège de 1347 ne date en réalité que de 1385-1390, même si l’événement est relaté en 1358 par Jean le Bel ! La déformation s’accentue inévitablement avec le temps. » S’agissant des Six-Bourgeois eux-mêmes, « la perplexité s’accroît dans la mesure où Jean le Bel, dont s’est inspiré Froissart, ne cite qu’un seul bourgeois, Eustache de Saint-Pierre. Seuls d’autres écrits mentionnent ensuite Jean d’Aire, Jacques et Pierre de Wissant. Quant aux derniers, Jean de Fiennes et Andrieu d’Andres, ils ne semblent exister que dans les écrits tardifs de Froissart ».

Mais pourquoi avoir augmenté le nombre des Bourgeois avec le temps ? « L’auteur a délibérément voulu renforcer l’effet dramatique de l’événement en multipliant le nombre de soumis. L’originalité de ce mythe réside dans le fait qu’il devient « collectif ». Mais les textes n’accréditent pas un dévouement exemplaire », tel qu’il a été immortalisé par la statue de Rodin. Mais cette oeuvre majeure de l’artiste, universellement connue, a eu définitivement raison de la vérité historique, en assurant pourtant la postérité de Calais. Paradoxe de l’histoire… •

PASCAL MARTINACHE

.

QUI A RAISON  ??

.

.

Les Bourgeois de Calais n’étaient pas des héros!

par · 15 juillet 2012

bourgeois_calais_thumb

On l’a vu, le Roi anglais Edouard III a débarqué en France et nous a botté les fesses lors de la bataille de Crécy le 26 août 1346. Nous sommes en pleine Guerre de Cent ans.

Mais encore faut-il qu’il réussisse à tirer profit de cette magnifique victoire. Atteinte de dysenterie, très loin de ses bases, l’armée anglaise n’a aucun intérêt à s’attarder trop longuement sur le territoire français.

Avant de lever le camp, Edouard III souhaite s’emparer de la ville de Calais, ville on ne peut plus stratégique pour organiser un futur débarquement en France.

Nous sommes en septembre 1346, l’armée anglaise construit des remparts tout autour de la ville: le siège de la ville commence. Edouard III prend également possession de la mer pour interdire tout ravitaillement à la ville. Il n’y a plus qu’à attendre que les calaisiens meurent de faim

Le Roi de France Philippe VI se réveille enfin de sa léthargie. En mai 1347, il lève son armée et marche sur Calais dans le but de chasser les Anglais. Une fois sur place, il n’ose pas attaquer l’ennemi de front, la défaite de Crécy a calmé ses ardeurs!

Il préfère la voie de la négociation… Mais Edouard III s’y refusant, Philippe VI prend simplement la décision de… se retirer!

– Quoi!? Il abandonne des Français à l’ennemi?! Il sert à rien ce mec!

– Le sentiment national n’existe pas encore vraiment à cette époque, Kevin… Perdre Calais, c’est simplement voir son territoire légérement entamé pour le Roi de France, rien de plus…

– Ouais, mais quand même…

Abandonné par son Roi, le gouverneur de la ville, Jean de Vienne, entame les pourparlers avec Edouard III. Celui-ci veut humilier les Calaisiens: il impose que six notables de la ville, six « Bourgeois », viennent implorer son pardon pour avoir si vaillamment résister. Les Bourgeois s’exécutent et… c’est tout…

La légende des « Six Bourgeois de Calais » est née… Pourtant, il n’y rien de vraiment très glorieux, vous l’admettrez!

– C’est tout?! Mais c’est bidon comme histoire!

En fait, c’est Jean Froissard, un chroniqueur de l’époque, qui a falsifié les faits historiques dans ses écrits. Il affirme qu’Edouard III a réclamé la tête des six Bourgeois et que ce serait sa Reine, Philippa de Hainaut, qui l’a supplié de leur laisser la vie sauve. Dans quel but Jean Froissard écorne-t-il la vérité? Simplement pour donner un rôle important à la Reine qu’il admire particulièrement…

Cette mystification est également bien pratique pour les Français, qui en rajoutent même une couche en affirmant que les six Bourgeois ont proposé de mourir pour épargner le reste de la ville. La France trouve en ce cinglant échec des héros nationaux! Pratique!

Bref, point de courage de six Bourgeois qui sacrifient leur vie pour sauver leur ville… La vérité historique est autrement plus banale!

 

 


2 commentaires

  1. Ah l’histoire,que d’erreurs en son coeur !!,
    que de mensonges pour voiler son ignorance,
    très bonne soirée à toi Coline.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Qui n'abandonne son rêve

  2. Maïté dit :

    J’ai du mal à laisser des messages , pourtant hier j’ai laissé un petit mot , mais je ne le vois pas !

    Il faut dire que je ne suis pas très calée en informatique !

    A bientôt

    A

    Maïté

Répondre

Somaho |
lopic |
Mon système solaire tourne ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | François, pour toi, c'...
| Celal Karaman Güncel Blog,c...
| Tonyferri