Archives pour la catégorie amour

Jean Ferrat « … mais ma môme, elle a 25 berges et j’crois bien qu’la sainte Vierge des églises n’a pas plus d’amour dans les yeux et ne sourit pas mieux quoi qu’on dise…. »

le bonheur simple c’est de la poésie  ! l’amour c’ est la douceur de la vie,La joie de vivre et  partager une vie à deux dans un monde  pas toujours facile.

Jean Ferrat

Best of JEAN FERRAT – Ma mome

Plus @ http://henrismusic.blogspot.com/ Best of JEAN FERRAT – Ma mome.
PAROLES

 

Ma môme, ell’ joue pas les starlettes
Ell’ met pas des lunettesDe soleil
Ell’ pos’ pas pour les magazines
Ell’ travaille en usine à Créteil
Dans une banlieue surpeuplée
On habite un meublé elle et moi
La fenêtre n’a qu’un carreau
Qui donne sur l’entrepôt et les toits
On va pas à Saint-Paul-de-Vence
On pass’ tout’s nos vacances à Saint-Ouen
Comme famille on n’a qu’une marraine
Quelque part en Lorraine et c’est loin
Mais ma môme elle a vingt-cinq berges
Et j’crois bien qu’la Saint’Vierge des églises
N’a pas plus d’amour dans les yeux
Et ne sourit pas mieux quoi qu’on dise
L’été quand la vill’ s’ensommeille
Chez nous y a du soleil qui s’attarde
Je pose ma tête sur ses reins
Je prends douc’ment sa main et j’la garde
On s’dit toutes les choses qui nous viennent
C’est beau comm’ du Verlaine on dirait
On regarde tomber le jour
Et puis on fait l’amour
En secret [Répétition]

 

MARCELINE DESBORDES-VALMORE

Marceline Desbordes-Valmore

Fin de vie

Marceline Desbordes-Valmore décède à Paris, dans sa dernière demeure au 59, rue de Rivoli, le 23 juillet 1859, en ayant survécu au décès de presque tous ses enfants, de son frère et de maintes amies. Elle fut surnommée « Notre-Dame-Des-Pleurs » en référence aux nombreux drames qui jalonnèrent sa vie3. Elle est inhumée au cimetière de Montmartre (26ème division).

À l’amour

Poète : Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859)

Recueil : Élégies (1830).

Reprends de ce bouquet les trompeuses couleurs,
Ces lettres qui font mon supplice,
Ce portrait qui fut ton complice ;
Il te ressemble, il rit, tout baigné de mes pleurs.

Je te rends ce trésor funeste,
Ce froid témoin de mon affreux ennui.
Ton souvenir brûlant, que je déteste,
Sera bientôt froid comme lui.

Oh ! Reprends tout. Si ma main tremble encore,
C’est que j’ai cru te voir sous ces traits que j’abhorre.
Oui, j’ai cru rencontrer le regard d’un trompeur ;
Ce fantôme a troublé mon courage timide.

Ciel ! On peut donc mourir à l’aspect d’un perfide,
Si son ombre fait tant de peur !
Comme ces feux errants dont le reflet égare,
La flamme de ses yeux a passé devant moi ;

Je rougis d’oublier qu’enfin tout nous sépare ;
Mais je n’en rougis que pour toi.
Que mes froids sentiments s’expriment avec peine !
Amour… que je te hais de m’apprendre la haine !

Eloigne-toi, reprends ces trompeuses couleurs,
Ces lettres, qui font mon supplice,
Ce portrait, qui fut ton complice ;
Il te ressemble, il rit, tout baigné de mes pleurs !

Cache au moins ma colère au cruel qui t’envoie,
Dis que j’ai tout brisé, sans larmes, sans efforts ;
En lui peignant mes douloureux transports,
Tu lui donnerais trop de joie.

Reprends aussi, reprends les écrits dangereux,
Où, cachant sous des fleurs son premier artifice,
Il voulut essayer sa cruauté novice
Sur un coeur simple et malheureux.

Quand tu voudras encore égarer l’innocence,
Quand tu voudras voir brûler et languir,
Quand tu voudras faire aimer et mourir,
N’emprunte pas d’autre éloquence.

L’art de séduire est là, comme il est dans son coeur !
Va ! Tu n’as plus besoin d’étude.
Sois léger par penchant, ingrat par habitude,
Donne la fièvre, amour, et garde ta froideur.

Ne change rien aux aveux pleins de charmes
Dont la magie entraîne au désespoir :
Tu peux de chaque mot calculer le pouvoir,
Et choisir ceux encore imprégnés de mes larmes…

Il n’ose me répondre, il s’envole… il est loin.
Puisse-t-il d’un ingrat éterniser l’absence !
Il faudrait par fierté sourire en sa présence :
J’aime mieux souffrir sans témoin.

Il ne reviendra plus, il sait que je l’abhorre ;
Je l’ai dit à l’amour, qui déjà s’est enfui.
S’il osait revenir, je le dirais encore :
Mais on approche, on parle… hélas ! Ce n’est pas lui !

Marceline Desbordes-Valmore.

Marceline Desbordes-Valmore par Nadar (1854).

Données clés
Alias
Notre-Dame-Des-Pleurs
Naissance 20 juin 1786
Douai, France
Décès 23 juillet 1859 (à 73 ans)
Paris, France
Activité principale
Poétesse
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Littéraire, poétesse

CHARLES TRENET – Que reste-t-il de nos amours

Les souvenirs du passé nous rendent toujours nostalgiques : les relents de regrets affluent  à notre mémoire, avec les rêves d’antan en filigrane : cette video de tendresse nous la vivons comme si c’était hier,avec quelquefois les larmes aux yeux.
CHARLES TRENET - Que reste-t-il de nos amours  dans amour mqdefault

Charles Trenet « Que reste-t-il de nos amours ? » (live) – Archive vidéo INA

28 octobre 1965 Charles TRENET chante « Que reste-t-il de nos amours », accompagné par l’orchestre de Raymond LEFEVRE.
 ♥
PAROLES
Ce soir le vent qui frappe à ma porte
Me parle des amours mortes
Devant le feu qui s’ éteint
Ce soir c’est une chanson d’ automne
Dans la maison qui frissonne
Et je pense aux jours lointains
Que reste-t-il de nos amours
Que reste-t-il de ces beaux jours
Une photo, vieille photo
De ma jeunesse
Que reste-t-il des billets doux
Des mois d’ avril, des rendez-vous
Un souvenir qui me poursuit
Sans cesse
Bonheur fané, cheveux au vent
Baisers volés, rêves mouvants
Que reste-t-il de tout cela
Dites-le-moi Les mots les mots tendres qu’on murmure
Les caresses les plus pures
Les serments au fond des bois
Les fleurs qu’on retrouve dans un livre
Dont le parfum vous enivre
Se sont envolés pourquoi? Que reste-t-il de nos amours
Que reste-t-il de ces beaux jours
Une photo, vieille photo
De ma jeunesse
Que reste-t-il des billets doux
Des mois d’ avril, des rendez-vous
Un souvenir qui me poursuit
Sans cesse
Bonheur fané, cheveux au vent
Baisers volés, rêves mouvants
Que reste-t-il de tout cela
Dites-le-moi
Un petit village, un vieux clocher
Un paysage si bien caché
Et dans un nuage le cher visage
De mon passéGeorges Brassens  est un inconditionnel de Charles trenet, il lui avoue connaitre toutes ses chansons !!

mqdefault dans chanson

Charles Trenet et Georges Brassens

Le Grand Café, Tout est au duc, Le Petit Oiseau.

le cri d’amour de jean ferrat pour l’humanité toute entière

 

Jean Ferrat je ne chante pas pour passer le temps.flv

.

C’est l’amour…..

.

.

 

 

La loi du mariage pour tous est a peine signée que déjà les abus et les débordements commencent …

 

C'est l'amour..... dans amour ATT00039288

 

ATT000151011 dans chanson

 

ATT000181922 dans tendresse

 

ATT000212533

 

ATT000361277

 

ATT000422899

 

ATT000511344

 

ATT000542755

 

ATT000571166

 

ATT0006961717

 

ATT0008411414

 

ATT00024151010

 

ATT00027161212

 

 

ATT00030211111

 

ATT00048241515

 

♥♥ A  ceux qui pensent ne pas reconnaitre
l’amour quand il se présentera, je leur dit
n’ayez crainte, car l’amour se présente com
 me une évidence, toute votre personnalité  en
est bouleversée, la vie vous semble tellement
plus belle qu’auparavant que vous ne pouvez
pas ignorer cet état béni, cette  allégresse  qui
vous transporte, soudain vous vous sentez
confiant, vous croyez en votre bonne étoile
et votre charisme est accentué. Vous allez
vous parfaire pour la personne qui est
constamment dans votre coeur, et votre
pensée

 

C’EST BEAU L’AMOUR  !!
♥♥

 

Somaho |
lopic |
Mon système solaire tourne ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | François, pour toi, c'...
| Celal Karaman Güncel Blog,c...
| Tonyferri