Archives pour la catégorie Non classé

comptine pour aller à l’école

Comptine Cric crac dans mon sac

poesie pour enfants sages

La souris du Lundi a mis un chapeau gris
La souris du Mardi a croqué deux radis
La souris du Mercredi a dansé toute la nuit
La souris du Jeudi a lavé son tapis
La souris du Vendredi a dormi sous son tipi
La souris du Samedi a ouvert son parapluie
Et la souris de Dimanche a cueilli mille pervenches.

 

poesie pour enfants sages chapeau_038

 

 

radis002

radis002

danseuse-burlesque-de-saloon.jpg (340×340)

45344.gif (250×243)

 

7a483175.gif (250×277)

 

3231910430_ef35966f41.jpg (500×390)

 

 

 

 

 

 

 

 

  • radis002

 

 

 

 

 

  • radis002

 

 

 

BONNE JOURNEE

Photo

BON RETABLISSEMENT !

 

 

BON RETABLISSEMENT     PREND SOIN DE TOI

GROS BISOUS

 

BON RETABLISSEMENT ! 4je19e8w

BON RETABLISSEMENT !

Résultats de recherche

Résultat de recherche d'images pour ""

416 × 579

commentaires sur facebook censuré !!!!!

Nicole Oliver si Manuel Valls ne voit pas que la loi travail est une entrave pour le peuple, c’est qu’il n’est pas fait pour conduire un pays démocratique, on a besoin de personnel pour vider les poubelles en FRANCE QU’IL POSTULE POUR CET EMPLOI !!

Impossible de publier ce commentaire. Veuillez réessayer
Nicole Oliver
Nicole Oliver que faites faites-vous de la liberté d’expression ??

Nicole Oliver
Nicole Oliver J’ai mis le commentaire suivant « Nicole Oliver si Manuel Valls ne voit pas que la loi travail est une entrave pour le peuple, c’est qu’il n’est pas fait pour conduire un pays démocratique, on a besoin de personnel pour vider les poubelles en France !!

danse à bougival AUGUSTE RENOIR

La peinture du mois: Renoir: Danse à Bougival

Auguste Renoir (1841/1919) exposée à Boston, au Museum of fine Arts. Ce tableau, peint en 1882, fait partie d’un triptyque sur le thème de la danse avec Danse à la ville et Danse à la campagne, datant tous deux de 1883.

Ce tableau impressionniste met en scène un couple dansant dans une guinguette à Bougival. Le choix de la ville n’est pas anodin puisqu’il fut le lieu de résidence de nombreux artistes tel Bizet ou Mistinguett mais aussi de peintres impressionnistes comme Monet, Pissarro et Renoir bien évidemment. Le couple représenté occupe l’ensemble du tableau. La jeune femme représentée est Suzanne Valadon, la maîtresse du peintre. Elle est peinte de 3/4, vêtue d’une robe blanche, s’opposant ainsi à son partenaire, vêtu d’un complet sombre et d’un chapeau de paille. Sa position suggère qu’il cherche à embrasser la jeune femme, qui lui oppose sa joue. C’est ce dernier qui mène la danse et l’entreprise de séduction. En arrière plan, la fête semble battre son plein, on y voit deux hommes et une femme attablés, des bières sur la table.

Ce qui émane de ce tableau, c’est l’impression de mouvement, avec cette jupe qui semble tourner, mais aussi l’arrière plan moins net que le premier plan. Il faut préciser que c’est ici l’une des caractéristiques de ce genre pictural: la sensation de mouvement. L’impressionnisme n’a d’ailleurs pas vocation à être une peinture fidèle de la réalité, mais en la suggérant par des impressions.

L’atmosphère qui domine est l’insouciance, la joie. Une impression de légèreté, comme la robe tournoyante de la jeune femme. On retrouve cette insouciance dans Danse à la campagne, qui possède dans sa composition et sa couleur de nombreux points communs, même si le trait est différent. En revanche, on peut opposer Danse à Bougival avec Danse à la ville, représentation de deux bourgeois en train de danser dans une atmosphère plus feutrée.

Danse à la campagne

Yves MONTANT – le chat de la voisine -

Le chat de la voisine Qui mange la bonne cuisine Et fait ses gros ronrons Sur un bel édredon dondon Le chat de la voisine Qui s’met pleines les babines De poulet de foie gras et ne chasse pas les rats.
Nicole Oliver
eh oui certaines personnes s’extasient devant un minet bien nourri « qui fait ses gros ronrons sur un bel édredon dondon » sans même un regard sur la misère humaine !!

 

ARMAND MESTRAL- « seize tonnes »

    1. ARMAND MESTRAL-

 

 

Si l’homme est de la boue pour des tas de gens 
Il est pour moi fait de chair et de sang 
De muscles de fer et d’un coeur trop bon 
Et de deux épaules pour charger le charbon 

T’en fais seize tonnes, ça te donne quoi ? 
Un jour de plus, vers quatre planches de bois 
La pelle chaque jour qui prend plus de poids 
Mais qui ferait vivre la mine sans toi ? 

Quand ta mère a déjà cinq gosses à nourrir 
Un de plus n’est pas pour lui faire plaisir 
Alors toi, tu bosses comme un lion 
Mais le chef a beau dire que t’es un champion 

 

REFRAIN

T’en fais seize tonnes, ça te donne  quoi

un jour de plus, vers quatre  planches de bois

la crasse qui te ronge et durcit tes doigts

et le droit de te taire, quand tu touches ton mois

 

a force de te battre comme un damné

l ‘envie te prend d’envoyer tout prom’ner

Mais y a tous les rêves de tes copains

alors tu la boucles mais tu fermes les poings

 

Quand pendant toute la semaine, tu t’crèves en bas 
L’dimanche enfin, tout le ciel est à toi 
Et dans tes draps blancs, dès ton réveil, 
Les yeux de ta femme sont comme des soleils

 

T’en fais seize tonnes, ça te donne quoi ? 
Un jour enfin où tu peux croire à la joie 

l’espoir d’une autre vie pour tes deux p’tits gars

et toute la ville qui pense comme toi

 

 

 

 

 

 

MAMAN -LOUANE

    1. A OBSERVER LA VIE DANS LES VILLES, LOUANE a perdu tous ses rêves sur le 
      bonheur, le véritable Amour ; tous ses repères sont anéantis par la découverte
      d’une réalité trop dure, et trop crue, dénuée de poésie et de tendresse, une réalité
      qui montre que l’être humain dans un contexte vide d’espoir recherche une jouissance coûte que coûte, avec l’énergie du désespoir où l’égoïsme prédomine.
      MAMAN -LOUANE mqdefault

    2. Les amants passent de lit en lit 
    3. Dans les hôtels, sur les parkings 
      Pour fuir toute cette mé lancolie 

Le coeur des villes a mauvaise mine 

Des coups de blues, des coups de fil, 
Tout recommencera au printemps 
Sauf les amours indélébiles. 

Les rêves s’entassent dans les métros, 
Les grattes-ciel nous regardent de haut 
Comme un oiseau sous les barreaux. 

J’suis pas bien dans ma tête, maman. 
J’ai perdu le goût de la fête, maman. 
Regarde comme ta fille est faite, maman. 
J’trouve pas de sens à ma quête maman 

A l’heure où les bars se remplissent, 
Cette même heure où les cœurs se vident. 
Ces nuits où les promesses se tissent, 
Aussi vite qu’elles se dilapident. 

Des coups de blues, des coups de fil, 
Tout recommencera au printemps 
Sauf les amours indélébiles. 

Les rêves s’entassent dans les métros, 
Les grattes-ciel nous regardent de haut 
Comme un oiseau sous les barreaux. 

J’suis pas bien dans ma tête, maman. 
J’ai perdu le goût de la fête, maman. 
Regarde commeta fille est faite, maman. 
J’trouve pas de sens à ma quête 
Regarde comme ta fille est faite, maman. 
J’trouve pas de sens à ma quête maman 

 

 

 

12345...7

Somaho |
lopic |
Mon système solaire tourne ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | François, pour toi, c'...
| Celal Karaman Güncel Blog,c...
| Tonyferri